Retour sur la 13e édition des Promenades de Jane

Célébrées dans une centaine de villes à travers le monde, les Promenades de Jane rendent hommage à la célèbre urbaniste et militante canado-américaine Jane Jacobs. Ces événements, organisés par et pour les citoyen·ne·s, permettent de faire découvrir des lieux, des histoires et des projets propres à la ville lors de conversations en marche.

Pour se conformer aux restrictions sanitaires, la 13e édition montréalaise des Promenades de Jane, soutenue par le Centre d'écologie urbaine de Montréal (CEUM), s’est tenue les 7, 8 et 9 mai 2021 de façon virtuelle. Cette décision n’a toutefois pas empêché les Montréalais·es de conserver l’esprit de cet événement citoyen en partageant sur Facebook leurs lieux préférés dans leur quartier. Au sortir de plus d’une année placée sous le signe du confinement, les Promenades de Jane rappellent d’ailleurs l’importance de l’espace public dans nos villes en tant que vecteur de lien social et de bien-être.

Conçu comme un prolongement à cette invitation à poursuivre ce(t) (ré)investissement des rues de la métropole, le CEUM et le CRIEM propose un Cahier numérique collaboratif afin de revenir sur les principes fondamentaux des Promenades de Jane, mais également de plonger dans les coulisses de leur conception. Qui sont ces citoyen∙ne∙s appelé∙e∙s à créer ces déambulations urbaines ? Quelles sont leurs démarches ? Par le truchement de baladodiffusions, de vidéos et de documentations variées produites par le CEUM et intégrées à ce numéro, vous serez appelé∙e∙s à (re)découvrir certains des trajets de la dernière édition. Marzia Pellissier, Nathalie Boucher et Sarah-Maude Cossette nous livrent, quant à elles, au cours de deux entretiens, quelques éléments de réflexion, processus créatifs et recherches qui ont mené à la conception de leurs marches.

Enfin, dans l’attente du rendez-vous de mai 2022, où le CEUM conviera les Montréalais∙es à renouer avec les Promenades de Jane – espérons cette fois-ci physiquement ! –, trois membres et une collaboratrice du CRIEM ont créé trois nouveaux parcours, inspirés de leurs recherches, de leurs pratiques ou de leur vie personnelle. Alors que Mary Anne Poutanen puise au cœur de ses recherches historiques pour faire la lumière sur les destins forts de tavernières et tenancières de la métropole du xixe siècle, Marie Leconte, observatrice au quotidien du Vieux-Montréal, nous engage dans un parcours personnel et photographique de ce quartier devenu pour certain∙e∙s synonyme de carte postale destinée aux touristes. Juan Torres et Ipek Epikmen proposent pour leur part de renouer avec l’enfant en nous et de sillonner quelques friches, ruelles et parcs urbains pour redécouvrir les délices du jeu urbain.

Bonne promenade !